Coalition de la Société civile pour le Monitoring Electoral

CAFOB, LIGUE ITEKA, CECAB, OAG, FORSC, CCOD, CIRID, ABUCO, COMIBU, COR BURUNDI, MPB, DJCD, RFP vide

Constitution
Loi communale
Code Electoral


Bilan et perspectives

Assemblée générale du 15 juin 2007


19 juin 2007

Introduction

La Coalition de la Société Civile pour le Monitoring des Elections « COSOME » en sigle a vu le jour dans l’optique d’accompagner les Burundais dans le processus de démocratisation des institutions engagé en 2005, après plusieurs années de guerre et de conflits politico- ethnique. Des organisations de la société civile et des confessions religieuses se sont mis ensemble pour conjuguer leurs efforts en vu de réaliser certaines activités allant dans le sens de provoquer un changement de mentalité et de comportements de la population pour une meilleure participation aux élections. Des réalisations liées à l’éducation civique et électorale, à l’observation de tous les scrutins et à la campagne électorale des partis politiques, ont été menées avec satisfaction des partenaires et de la population.

Parmi les clauses qui se sont sorties d’un atelier d’évaluation du processus électoral qui a eu lieu le 19 décembre 2005, auquel étaient conviés tous les délégués de la COSOME provenant de tous les coins du pays, la continuité des actions de la coalition figurait parmi les priorités. C’est à partir de ce moment que le Forum pour le Renforcement de la Société Civile a facilité le travail de recherche de financement en favorisant les contacts avec les éventuels bailleurs, en disponibilisant le bureau, le matériel informatique et le téléphone.

Les activités réalisées après la période électorale de 2005

Après cette période, la priorité était donnée à la recherche des moyens pour pouvoir dotée de la cosome ses moyens de base au lieu d’en parler sans avoir une adresse physique et une équipe qui assure la permanence.

Des propositions de projets ont été transmises aux différents bailleurs :

Union Européenne : Suite à un appel à proposition de projet, la cosome a soumis un projet au siège de l’UE. La proposition de projet a été sélectionnée et on devrait par la suite faire un projet détallé pour une analyse définitive. Le projet détaillé a été élaboré et soumis dans les délais et à notre surprise, L’UE nous a annoncé que notre projet n’a pas été accepté.

National Foundation for Democracy (NED) : Le projet soumis a été sélectionné et corrigé par le chargé des projets de l’Afrique Central, mais le conseil d’administration n’a pas réservé une suite favorable à notre proposition.

Fonds des Nations Unies pour la Démocratie (UNDEF) : Un appel à proposition de projet a été lancé au mois d’avril 2006. La cosome a soumis sa proposition, et parmi 1300 projets soumis, 125 seulement ont été approuvés par le Secrétaire Général des Nations Unies et celui de la COSOME en faisait parti. Une lettre d’approbation du projet a été envoyée le 31 Août 2006. Dès lors, nous avons élaboré un document de projet détaillé, et le décaissement a eu lieu le 1 mars 2007. Un problème d’erreur d’écriture du montant alloué est survenu au moment de transfert d’argent, ce qui a occasionné un petit retard de démarrage de projet. Le démarrage effectif a eu lieu avec le mois d’Avril 2007.

En plus de ce travail de recherche de financement, la cosome a participé dans d’autres activités réalisées par d’autres acteurs de la société civile, notamment l’observation des élections en RDC organisée par la LDGL , participations dans des séances de travail organisés par IFES, etc.

Des travaux d’audit financier pour le financement de 11 11 11 ont été menés, les rapports d’audit ont été transmis à 11 11 11. Une mission du chargé des finances de cette ONG a eu lieu et la cosome a présenté toutes les pièces comptables. Des indices de mauvaise gestion n’ont pas été signalés ni par l’auditeur, ni par la mission de 11 11 11, mais la cosome devra améliorer sa mode de gestion et de classement pour plus de facilités pour les auditeurs.

Actuellement, la cosome a déjà engagé des contacts avec ses partenaires qui l’a appuyé en 2005, notamment l’ONG 11 11 11 pour un éventuel appui pour d’autres projets et son représentant au Burundi a accepté de tenir en compte les projets de la COSOME pour l’année 2009 et 2010.

Malgré les multiples occupations des membres du Comité Exécutif, des réunions ont été tenu dans l’optique d’étudier ces propositions de projets et de donner des orientations aux personnes qui étaient chargées d’élaborer les documents de base (en rapport avec les projets) pour afin les soumettre au comité exécutif pour analyse. Jusqu’aujourd’hui, six réunions du comité exécutif ont eu lieu et des procès verbaux ont été classés.

Nous tenons à signaler que toutes ces activités ont été faites sur appui de FORSC qui a accepté de disponibiliser tous les moyens matériels et humains pour le compte de la cosome. (Remerciements à l’endroit de FORSC).

Les points à l’ordre du jour.

- Information sur le projet,
- Demande d’agrément de la cosome,
- Divers

Information sur le projet

C’est un projet d’éducation civique et électorale : les activités prévues sont notamment la formation en éducation civique et électorale, l’élaboration des codes de conduites, les études critiques des lois (la loi communale et électorale), les ateliers de formation et de sensibilisation des différents intervenants en matière de la promotion la démocratie (les médias, les juristes, les leaders des partis politiques, les parlementaires, etc.)

Le financement total du projet est de l’ordre de 302 405 $US sur une période de deux ans. Sur ce budget,

- 27% soit 80 210 $ est alloué au fonctionnement, c’est-à-dire les rémunérations du personnel, le loyer et les fournitures de bureau et autres frais de bureau ;
- 13% soit 40 000 $ sont alloués à l’achat des équipements dont les véhicules, les ordinateurs de travail et leurs entretiens ;
- 48%, soit 145 018 $ sont alloués aux activités de formation de formateurs en éducation civique et électorale, l’élaboration de brochures et manuels de formation et de plaidoyer, les missions et descentes sur terrain pour le renforcement des réseaux de la COSOME ;
- 12% de ce budget, soit 37 222 $ constitue un montant affecté au suivi évaluation financière et opérationnelle, ainsi qu’aux frais administratifs.

Volets du budgetMontants en $US en %
Fonctionnement 80210 27%
Equipement 40 000 13%
Activités 145 018 48%
Suivi évaluation et frais administratifs 37 2220 12%

Mode de gestion

Dans les termes du contrat avec le Fonds des Nations Unies pour la Démocratie (UNDEF) le montant du suivi – évaluation (donc 37 222 $ soit 12 % du budget) reste à l’Agence d’Exécution qui est le PNUD. COSOME va gérer donc 88% du budget du projet. Les fonds du projet sont donc administrés par le PNUD mais COSOME exécute les activités. C’est ainsi que la direction exécutive de la COSOME fait des prévisions de besoins financiers sur trois mois sur base du chronogramme des activités qu’il dépose au PNUD pour transfert de fonds. Un rapport financier trimestriel sera établi, validé par le Comité Exécutif et envoyé au PNUD avant de recevoir une autre tranche.

Réalisations du projet

Le projet a démarré au mois d’avril 2007 et les principales activités déjà réalisées sont :

- L’installation du siège de l’organisation (équipement pour bureau, matériel roulant, etc.)

- Recrutement du personnel composé par :

1. Un Directeur Exécutif : Ir Dieudonné MUTANA

2. Un Administrateur de programmes : Alexis NSABIMANA

3. Un comptable : mademoiselle Félicité MANIRAKIZA

4. Une secrétaire Caissière : Mademoiselle Jocelyne UWIZERA

5. Un chauffeur : Monsieur Jean Pierre WAKANA

6. Un Planton : Madame Charlotte NDUWAYEZU

7. Un veilleur : Donatien NTAKIRUTIMANA

Perspectives

- La redynamisation des structures provinciales de la COSOME,

Une descente dans toutes les provinces du pays vient d’être réalisée pour renforcer les structures de la cosome après cette longue période d’après les élections de 2005. Des élections ont été faites et actuellement, les structures de la cosome sont au complet dans toutes les provinces du pays.

- Implication des organisations membres dans les réalisations du projet.

Les organisations membres seront impliquées dans l’exécution de certaines activités telles que la formation des formateurs en éducation civique et la sensibilisation qui se dérouleront dans toutes les communes du pays et les ateliers de formation qui auront lieu à Bujumbura.

Les organisations membres seront sollicitées à disponibiliser des personnes ressources surtout les formateurs pour appuyer dans les formations en éducation civique qui se dérouleront dans toutes les communes du pays. Il est prévu des ateliers de formation sur le manuel de l’observateur, les organisations membres seront prises en priorité. Toute activité qui nécessitera le concours des organisations membres sera portée à leurs connaissances et les modalités de participations leurs seront tenues au courant officiellement.


Partagez cet article sur les résaux sociaux

 

Partager sur Messenger


Retour à la page précédente


0 | 7 | 14
 

21 septembre 2011 La CNIDH condamne énergiquement le massacre de Gatumba Détails
13 septembre 2011 Le FORSC mobilise autour de la charte africaine de la démocratie Détails
10 septembre 2011 La société civile reste mobilisée en vue d’une « justice pour Ernest Manirumva » Détails
20 juillet 2011 Les défenseurs des droits humains font face à de nombreux défis, selon le délégué général du FORSC Détails
15 juillet 2011 Huit associations de la société civile pressent pour des enquêtes complémentaires sur l’assassinat d’Ernest Manirumva Détails